Les travers de la filière du café

Si la lutte contre la fraude à l’export/import se porte essentiellement sur des notions de sécurité alimentaire afin de protéger avant tout le consommateur (santé), il n’en demeure pas moins que certains éléments ou certains artifices d’emballage/commercialisation du café restent malgré tout de la fraude.

Alors posons-nous la question : où commence la fraude et où commence la stratégie commerciale dite de « persuasion du client » ?

Europol réclame de ses voeux des actions coordonnées pour que les Etats de l’UE continuent à intensifier leurs efforts pour lutter efficacement contre les fraudes (moyens, convention de nommage des problématiques, fréquence et méthodologie des contrôles, alignement des stratégies).

Je cite : « L’attitude des organismes répressifs devrait passer d’une approche administrative et vétérinaire à une approche policière, qui s’avère payante dans plusieurs États membres, et devrait reposer sur l’établissement de profils de risques.

Enfin, les sanctions devraient être accrues pour arriver au moins au double des gains économiques recherchés par la fraude alimentaire, et l’agrément d’un exploitant du secteur alimentaire devrait lui être retiré en cas de récidive. »

Dans un prochain article, je parlerai plus de la fraude, qu’est-elle ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s