Le café en bourse

Le marché boursier met en présence offreurs et demandeurs.

Ce qu’il faut déjà bien se rappeler c’est que, bien qu’il en existe bien plus, seules deux espèces végétales sont cotée en bourse parce que ce sont elles qui sont les plus demandées par le marché.

60& du marché est constitué des échanges de café Arabica (dont 1 tiers vient à lui seul du Brésil), alors que le reste est constitué de Robusta.

Pour le lecteur averti cela n’est pas nouveau, mais rappelons tout de même que plusieurs conglomérats se disputent à présent la « pomme ». Il s’avère même qu’un acteur tel que le groupe Nestlé pousse à l’introduction du café en Chine en lieu et place du thé.

Cette introduction pose tout d’abord le problème de l’impact des sols (modification du type de plante et d’engrais par rapport aux cultures d’origine) et ensuite la modification complète d’une structure sociale agricole.

Ce qui est plus grave par contre, c’est le fait que les produits coté en bourse impose des pressions économiques extrêmement fortes pour les agriculteurs qui passent d’une agriculteur typique à une culture de masse aux prix imposés et régulée par des acteurs techniques qui se trouvent à des milliers de kilomètres de là.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s